Une application pour sécuriser les interventions des pompiers dans les bâtiments
Grâce à un QR code, les pompiers peuvent connaître les caractéristiques du bâtiment sinistré, avant intervention.

Une application pour sécuriser les interventions des pompiers dans les bâtiments

  • Post author:
  • Post published:25 janvier 2021
  • Post category:Uncategorized

Et si on sécurisait davantage l’intervention des pompiers lors d’un incendie ? En cas de sinistre, le risque amiante avec l’empoussièrement causé, peut s’avérer dangereux. Déjà en 2018, plusieurs Services départementaux d’incendie et de secours (SDIS) avaient alerté sur ce risque. Le SDIS du Nord avait même porté plainte contre X.

Des revendications qui ont fait écho auprès de QCS Services, filiale du groupe Qualiconsult. Spécialisée dans les audits, diagnostics immobiliers et l’assistance technique, la société a développé, en partenariat avec la Chambre de commerce et d’industrie de l’Ain et le SDIS de l’Ain, une application dédiée aux interventions des sapeurs-pompiers dans les bâtiments : QR code Sécurité.

Le principe est simple : les pompiers, disposant de l’application sur leur tablette ou smartphone, flashent ce QR code à l’entrée des bâtiments, les sapeurs-pompiers ont accès aux plans ETARE (Établissements répertoriés) établis par le SDIS, mais aussi au nom du propriétaire du bâtiment, du responsable sécurité et aux consignes propres à ce dernier. Ces informations aident les pompiers à évaluer les principaux enjeux pour la conduite des opérations, à prendre connaissance des risques présents ou encore à apprécier les volumes et la nature des produits dangereux stockés (voir photo).

A noter que, pour des raisons de sécurité et de praticité lors des interventions, l’application ne s’utilise qu’en local, sans 4G ni réseau GSM et toutes les informations relatives aux bâtiments sont stockées sur le cloud.

 

L’application QR code Sécurité devrait être déployée au SDIS de l’Ain début 2021, avec l’ambition d’être généralisée au sein de tous les SDIS de France et pourquoi pas, devenir dans quelques temps l’outil de gestion de patrimoine de prédilection de certains bailleurs sociaux ou de certaines copropriétés.

Plus d’infos ici

AD

Journaliste