Le chiffre : +1,6% à +3,7%
L'augmentation des tarifs de gaz variera selon les usages : de 0,9 % pour les clients qui utilisent le gaz pour la cuisson à 3,7 % pour les foyers qui se chauffent au gaz.

Le chiffre : +1,6% à +3,7%

Les tarifs réglementés d’électricité et de gaz devraient augmenter respectivement de 1,6% et 3,7% en février. 

La commission de régulation de l’énergie (CRE) suggère d’augmenter les tarifs d’électricité bleus résidentiels de 1,6% à compter du 1er février 2021. Si les ministres de l’Énergie et de l’Économie suivent cette recommandation, cette hausse représentera « 15€/an en moyenne sur la facture d’un client résidentiel », estime le gendarme des marchés de l’électricité et du gaz dans son avis publié le 18 janvier. Côté tarifs bleus professionnels, l’augmentation proposée atteint 2,6% TTC.

En cause pour expliquer ces hausses : « les conséquences de la crise sanitaire sur le système électrique français ». Celle-ci ayant entraîné la perturbation des opérations de maintenance du parc nucléaire, une hausse des coûts d’approvisionnement ou encore une recrudescence des impayés… 

Le Gouvernement peut désormais accepter cette recommandation, s’y opposer ou en demander une nouvelle. Un choix politique délicat alors qu’une nouvelle augmentation est d’ores et déjà annoncée pour le 1er août 2021, cette fois dans le but d’absorber la réévaluation de la Turpe (Taxe d’Utilisation du Réseau Public d’Électricité). Cela représentera alors « une hausse de la facture de trois euros supplémentaires », précise les Échos.

Le gaz aussi 

Autre réévaluation attendue au 1er février 2021, celle du gaz. Là encore, il s’agit d’une recommandation de la CRE de procéder à une augmentation de 3,5 % des tarifs réglementés par rapport au mois précédent. « Cette augmentation est de 0,9 % pour les clients qui utilisent le gaz pour la cuisson, de 2,1 % pour ceux qui ont un double usage, cuisson et eau chaude, et de 3,7 % pour les foyers qui se chauffent au gaz ».

Elle s’explique par la forte hausse des prix du gaz sur les marchés internationaux. La CRE rappelle cependant que « Depuis le 1er janvier 2019, les tarifs réglementés de vente de gaz d’Engie ont baissé en tout de 14,1 % (…) Leur niveau reste également inférieur à celui de 2015 ».

 

ALS

Journaliste