Le chiffre. 1, 4 milliard
Lancé en 2014, le NPNRU vise à transformer plus de 480 quartiers prioritaires où résident 3 millions d’habitants.

Le chiffre. 1, 4 milliard

La rénovation urbaine va bénéficier de 1,4 milliard d’euros « supplémentaires » suite à l’accord entre Action Logement et le gouvernement.

À l’issue de deux mois de discussions entre les ministères du Logement, de l’Économie et des Comptes publics et les partenaires sociaux d’Action Logement, chargés de gérer le 1% logement, un accord de redéploiement de financement a été signé début février. 

Grand gagnant de cette nouvelle donne, le segment de la rénovation urbaine. Il bénéficie d’une « rallonge » de 1, 4 milliard d’euros. L’enveloppe servira à « intensifier les opérations de rénovation urbaine et de mixité sociale portées par l’Anru dans les quartiers prioritaires de la ville ».  Et améliorera les conditions de logements de 150 000 personnes supplémentaires.

Cet abondement porte de 10 à 12 milliards d’euros le montant du NPNRU, jusqu’à présent financé par l’État et le mouvement HLM. Lancé en 2014, le Nouveau Programme National de Renouvellement Urbain vise à transformer plus de 480 quartiers prioritaires où résident 3 millions d’habitants. 

Construction neuve

L’accord signé comprend trois autres engagements pour le gestionnaire paritaire de la « Participation des Employeurs à l’Effort de Construction (PEEC). À commencer par un soutien sous forme de prêts et subventions de 1, 17 milliard d’euros sur deux ans, fléchés vers la production de 250 000 logements sociaux et abordables. 

Enfin, une aide de 10 000 euros pour 20 000 ménages primo-accédants d’un logement neuf (sous conditions de ressources et de nature de l’acquisition) et la sécurisation du parcours des moins de 25 ans (aide mobilité de 1000 euros) et des salariés en difficultés (garantie Visale) sont également au programme. 

> Pour en savoir plus 

ALS

Journaliste