Kipsum : L’intelligence artificielle au service de l’efficacité énergétique
Kipsum peut réaliser des conseils prédictifs grâce à l'élaboration d'un jumeau numérique grâce à l'intelligence artificielle.

Kipsum : L’intelligence artificielle au service de l’efficacité énergétique

Réaliser 15 à 25% de gains énergétiques sur un bâtiment, même conçu sous l’égide de la RT2012 ? C’est ce que propose Kipsum, société spécialisée dans l’optimisation énergétique des systèmes. Sa particularité réside dans l’émission de leurs conseils prédictifs grâce à l’intelligence artificielle.

Réaliser des commandes prédictives avec entre 15 et 25% de gains énergétiques et un retour sur investissement sur un an, ce sont les ambitions de Kipsum, société spécialisée dans l’audit énergétique. Deux exemples : une pépinière d’entreprises de 8000 m2 dans la métropole de Rouen et cinq bâtiments communaux, de 500 à 5000m2 à Bordeaux (école, gymnase, bibliothèque, pôle technique et un centre d’activités diverses, de 500 à 5000m2). Pour le premier, Kipsum a installé une vingtaine de capteurs. Après un audit -qui a révélé un « mode nuit » peu efficace » entre autres- et une analyse prédictive réalisée en fonction, le gain en chauffage, à terme, a été de 25%. Pour le second exemple, une analyse des habitudes a été effectuée et une commande prédictive optimale a été fournie. Elle se situe entre 16 et 26% de gains énergétiques. Comprendre l’enveloppe du bâtiment, les équipements énergivores et le comportement des occupants, c’est ce que l’on attend d’un gestionnaire énergétique pour optimiser un bâtiment dans le cadre du plan de relance ou du décret tertiaire. Rien d’étonnant donc. Mais Kipsum va plus loin dans ses analyses avec l’utilisation de l’intelligence artificielle.

La création d’un jumeau numérique

Pour parvenir à de tels résultats, Kipsum, créé en 2018, installe des capteurs de température, d’humidité et de courant d’air dans le bâtiment et utilise une application qui donne les prévisions météo sur la journée. Une évaluation sur les habitants est également menée car la chaleur naturelle des occupants demande une adaptation compensatoire en continu, notamment lors des journées chaudes afin de définir le taux d’occupation. Un algorithme peut ensuite calculer le taux d’occupation et l’ouverture des fenêtres. Les données sont envoyées sur un cloud sécurisé et c’est à ce moment que l’intelligence artificielle entre en jeu. Kipsum, par son approche hybride, modélise le bâtiment en créant son jumeau numérique. En d’autres termes, Kipsum génère un modèle multiphysique du bâtiment, de son système de chauffage, de son éclairage et de ses occupants. Il faut alors cinq à dix jours pour définir, de façon prédictive, la commande optimale pour contrôler le système et aussi évaluer le besoin en travaux et maintenance. Et peu importe la typologie du bâtiment : « Conçu à partir de la RT2012 ou de 1950, peu importe. La solution est capable de s’interfacer avec tous types de bâtiments. L’objectif est que les propriétaires du bâtiment prennent conscience de l’état thermique de leur bâtiment pour ensuite en discuter et optimiser la consommation énergétique, tout en maintenant le confort », précise Philippe Chevalier, directeur général et co-fondateur de Kipsum.

AD

Journaliste