Interview. « Des perspectives prometteuses  pour les services d’efficacité énergétique »

Interview. « Des perspectives prometteuses pour les services d’efficacité énergétique »

L’institut Xerfi s’est penché sur l’essor des services d’efficacité énergétique à l’horizon 2023 en France… Les explications de Pierre Paturel, directeur d’études.

Quelles sont les perspectives de développement du marché français des services d’efficacité énergétique ?

Il s’agit d’un marché en plein essor en France. Les perspectives de développement des services d’efficacité énergétique (SEE) s’annoncent prometteuses puisque nous anticipons un bond d’environ 20% du marché entre 2020 et 2023 à près de 6 milliards d’euros. Plusieurs raisons expliquent cette croissance rapide, à commencer par une réglementation hyper favorable pour atteindre les objectifs de la stratégie nationale bas carbone. Plusieurs évolutions économiques et technologiques stimuleront également le marché comme, par exemple, la hausse des prix de l’énergie en général et de l’électricité en particulier. Sans oublier la baisse des prix des solutions ou encore la généralisation de l’Internet des objets (IoT). Les préoccupations environnementales des particuliers mais surtout des entreprises ainsi que le plan de relance post-crise sanitaire contribueront également à soutenir le marché des SEE dans l’Hexagone.

Face à ces opportunités, les acteurs doivent se bousculer sur ce marché des SEE ?

Malgré ce rapide développement, la concurrence est assez élevée sur de nombreux segments et s’accentue. Marché d’offre presque autant que de demande, les services d’efficacité énergétique attirent en effet de nombreux nouveaux acteurs, créés spécifiquement ou issus d’autres métiers. Si de très nombreux intervenants ont été recensés sur la plupart des segments du marché, rares sont ceux à proposer un panel complet de prestations, allant de l’audit à la réalisation des travaux et à l’exploitation/maintenance des systèmes. C’est surtout le cas des très grands opérateurs qui maîtrisent en interne les savoir-faire clés et se positionnent en maître d’œuvre des grands projets d’efficacité énergétique grâce à la construction d’écosystèmes réunissant des entreprises aux métiers hétérogènes. Dernièrement, des grands acteurs se sont réorganisés pour mieux mettre en valeur leur expertise, à l’image de SPIE Facilities qui s’est doté d’un pôle Efficacité énergétique en décembre 2020.

De plus petits opérateurs cherchent aussi à élargir leurs compétences pour se positionner en interlocuteur unique ou de référence des entreprises initiant des programmes d’efficacité énergétique. Une tendance qui s’est accélérée avec la volonté de nombreux acteurs de capter la demande des entreprises à l’initiative de projets longs et structurants d’efficacité énergétique pour se mettre en conformité avec le décret tertiaire. C’est notamment la stratégie du groupe Weck (90 millions d’euros de chiffre d’affaires), un spécialiste de l’isolation qui veut devenir un acteur global de l’efficacité énergétique en élargissant sa palette de services.

À qui profitera la convergence entre fourniture d’énergie et SEE ?

La seconde transformation porte sur la transition énergétique. De plus en plus souvent, les entreprises ambitionnent non seulement de réduire leur consommation énergétique mais aussi de reprendre la main sur leur approvisionnement énergétique, entre autres via l’autoconsommation. Or, les systèmes d’autoconsommation s’envisagent de plus en plus dans le cadre d’une optimisation globale de la consommation électrique. Cela fait converger le marché des énergies renouvelables (en particulier du photovoltaïque) et celui de l’efficacité énergétique. Cette convergence s’observe déjà dans la grande distribution comme l’illustre la stratégie de deux pionniers du photovoltaïque pour les commerces qui se sont vite diversifiés dans l’efficacité énergétique : Helexia (racheté par Voltalia en 2019) et GreenYellow.

En parallèle, des acteurs de l’efficacité énergétique commencent à se positionner dans le photovoltaïque sur toiture, à l’image du lancement effectif de l’offre solaire d’Effy en 2021. Cette convergence croissante entre fourniture d’énergie et SEE devrait profiter aux grands énergéticiens. En France, EDF et Engie – à la fois leaders de la distribution d’électricité et de gaz mais aussi très bien placés dans l’efficacité énergétique – ont toutes les cartes en main pour répondre à cette demande. A la manœuvre dans les énergies renouvelables et propriétaire de GreenFlex depuis 2017, Total, est également bien positionné.