Anobi, l’assistant numérique de Suez et Bouygues construction
Basé sur une architecture Androïd, « le développement d’applications supplémentaires est réalisable par les directions informatiques des entreprises utilisatrices ou par des sociétés spécialisées ».

Anobi, l’assistant numérique de Suez et Bouygues construction

Fixé à l’avant-bras, le terminal numérique connecté Anobi innovant facilite la remontée des données terrain par son porteur.

Le développement d’Anobi est parti d’un constat simple, formulé dès 2017 par les deux géants du bâtiment et des déchets : les smartphones classiques ne sont pas forcément les plus pratiques à utiliser au quotidien pour les opérateurs de terrain. En cause, la « nécessité de retirer ses gants pour la consultation ou la saisie d’informations dans leurs applications, les difficultés à lire l’écran selon la luminosité extérieure ou la fragilité en cas d’exposition à des projections »…

Pour pallier ces faiblesses, et fluidifier le travail sur les chantiers notamment, Suez et Bouygues ont donc développé, en partenariat avec E-Lab, le laboratoire d’innovation du groupe Bouygues et la société TXCUBE, un manchon numérique connecté (bluetooth et Wifi). Résistant et léger (271 grammes), Anobi se fixe au bras de l’opérateur tout en étant compatible avec le port de gants. Pas d’écran tactile, ce sont six boutons poussoirs robustes qui permettent d’accéder aux différentes fonctionnalités : géolocalisation, liste d’activités, échanges d’information… Le terminal intègre également une fonction capture d’image (5Mpixels) et envoi en temps réel ainsi qu’un scan pour la lecture des QR codes, NFC et RFID.

Approvisionnements, localisation…

Anobi est expérimenté actuellement sur les chantiers de Bouygues Construction de Saclay pôle BPC et de Bobigny, où il facilite la gestion des approvisionnements en matières avec la lecture par QR code des bons de livraison et leur suivi (volume reçu, utilisé…), la consultation par les opérateurs des tâches à réaliser, l’affectation d’un état (démarrée, en pause, réalisée), du temps passé sur chacune ou encore la localisation du matériel ou des équipements (bennes à déchets, extincteurs…).

Basé sur une architecture Androïd, « le développement d’applications supplémentaires est réalisable par les directions informatiques des entreprises utilisatrices ou par des sociétés spécialisées ». D’autres fonctionnalités pourraient donc rapidement venir s’ajouter.

ALS

Journaliste