Ecojoko, un assistant d’économie d’énergie au quotidien

Ecojoko, un assistant d’économie d’énergie au quotidien

Un assistant qui vous donne en temps réel vos consommations d’énergie pour éviter le gaspillage énergétique dans son logement, c’est la fonction d’Ecojoko. Un outil à poser dans son salon et qui surveille, grâce à sa connexion avec le disjoncteur de l’habitation, les moindres faits et gestes de vos appareils électriques.

Selon une étude du CNRS, les foyers français gaspilleraient 25% de leur consommation énergétique par an. D’après elle, les consommateurs ont besoin de voir leur consommation et d’être accompagnés pour changer leurs habitudes. Un constat qui a interpellé les fondateurs de la start-up Ecojoko. En 2018, ils lançaient alors une campagne de crownfunding. L’objectif fixé : trouver des solutions au gaspillage énergétique à travers un assistant connecté : « l’Ecojoko ».

Et comment ça marche ?

L’assistant est composé d’un écran qui suit en direct les watts qui fluctuent selon les moments de la journée en instantané dans le logement. Pour y arriver, il suffit simplement de coller un stickers sur le disjoncteur qui permet de transmettre les informations à l’assistant, lui-même connecté à internet, et l’ensemble des détails, appareil par appareil, sont envoyées dans l’application dédiée. Système rendu possible grâce à la désagrégation du signal électrique global du logement. Les données envoyées sont ensuite analysées via l’intelligence artificielle qui permet de donner un suivi de la consommation en watts et en euros.

Un accompagnement personnalisé

« La force d’Ecojoko est de donner en temps réel les consommations, ce qui n’est pas possible avec un compteur Linky par exemple où un différé existe », explique Camille Dohet, responsable marketing et communication. Ce dernier ne permet pas de réduire le gaspillage et il fonctionne sur des estimations, en fonction de la taille du logement, le nombre d’occupants, etc. Pour aller plus loin et se différencier davantage, Ecojoko propose un accompagnement des occupants par des actions ciblées comme regrouper les appareils en veille sur une multiprise par exemple. Mais la start-up initie également des challenges, avec récompenses à la clé, pour que ses utilisateurs modifient leurs habitudes durablement. D’après l’Ademe, ce changement d’habitude permettrait de réaliser 80 euros d’économie par an. D’après, la start-up, ce serait de l’ordre de 120 euros selon les profils d’utilisateurs. Aujourd’hui, Ecojoko travaille avec des bailleurs qui cherchent à faire des économies d’énergie ou des installateurs qui, dans le cadre d’une rénovation, proposent l’assistant auprès de leurs clients afin qu’ils constatent concrètement les économies réalisées.

AD

Journaliste