Carnet numérique pour le logement : qu’attendent les utilisateurs ?

accueil_carnet_numerique_logement_EDF
Partage de l'article

« Le carnet numérique pour votre logement vous serait-il utile ? », voilà la question qui a été posée par EDF Pulse & You sur sa plateforme, lors d’une campagne de co-idéation et de tests. Avec 277 inscrits, les avis étaient positifs.

Parmi les 545 idées émises sur ce carnet numérique du logement par les « Pulseurs », il y a le besoin de centraliser et comparer les données du logement, visualiser les consommations, estimer son empreinte carbone, analyser la situation du logement et proposer la mise en œuvre de solutions, offrir des services autour du plan du logement (3D) et les mettre en relation avec des professionnels du bâtiment.

In fine, ce carnet numérique du logement devrait aussi, selon eux, faciliter la vente de logement grâce à la mise à disposition facilitée et complète des informations sur le logement, aider lors d’une décisions d’achat, permettre des négociations groupées avec des professionnels (dans le cadre d’une copropriété par exemple) ou encore donner des éléments de force probante face à un assureur.

Autre donnée de la campagne : les « Pulseurs » reconnaitraient l’expertise d’EDF pour proposer ce carnet numérique du logement. Le sujet n’est pourtant pas nouveau, et on en parle depuis plusieurs années dans les couloirs du ministère de la Transition Écologique.

Une idée qui revient de loin

L’objectif alors était simple : recenser toutes les informations nécessaires à l’entretien et aux potentielles rénovations du logement et ainsi, de lutter contre les logements trop énergivores. Il devait contenir l’ensemble des dossiers techniques du bâtiment (notamment le DPE), les informations spécifiques à la vente d’un logement en copropriété et les informations utiles à l’utilisation, l’entretien et l’amélioration des performances énergétiques.

Initialement prévu dans le cadre de la loi sur la transition énergétique de 2015, le carnet du logement n’avait jamais été appliqué en l’absence de publication d’un décret précisant son cadre. Il a fallu attendre 2018 pour que la loi Elan le rende à nouveau obligatoire à compter du 1er janvier 2020 dans le cas d’une mutation.

Fin 2019 cependant, son entrée en vigueur a encore été repoussée, et le projet de loi de ratification de l’ordonnance modifiant le Code de la construction et de l’habitation, publié en mars 2020, l’a transformé en carnet d’information du logement (CIL). Avec une entrée en vigueur prévue le 1er janvier 2022 désormais, le CIL a la même visée que son ancêtre : améliorer la performance énergétique d’un logement, neuf ou ancien. Les différences ? le CIL ne sera plus un outil collaboratif au service des acteurs du logement (propriétaire, promoteur, locataire, syndicat de copropriété, professionnels), mais uniquement un document rempli par le propriétaire.

Sécurisation des données

Contrairement à la première mouture, le carnet pourra être disponible sous forme dématérialisée, bien loin de la plateforme numérique initialement prévue. Un choix qui confirme pourtant les craintes des « Pulseurs » interrogés lors de la campagne menée par EDF, puisque 93% d’entre eux ont déclaré qu’il était important que toutes ces données soient sécurisées et qu’il était nécessaire de réassurer sur les preuves de sécurité du coffre-fort numérique.

Related Articles

Le chiffre : 20% 

Partage de l'article

Partage de l'articleSelon CBRE, spécialiste de l’immobilier d’entreprise, seuls 20% des bureaux seraient transformables en logement.  Environ 20% des immeubles de bureaux pourraient être transformés…