Alliance du bâtiment : une association pour démocratiser le BIM auprès des TPE

Alliance du bâtiment : une association pour démocratiser le BIM auprès des TPE

Démocratiser l’usage du processus Bim auprès des acteurs du bâtiment, c’est l’objectif de l’association Alliance du bâtiment. Aujourd’hui, chacun d’eux utilise des logiciels différents utilisant respectivement des formats de données spécifiques ce qui complexifie la collaboration numérique qui devrait être simple et destiné à fluidifier les échanges entre ces protagonistes. Pour pallier cela, l’association, qui rassemble 6000 adhérents ou représentés, s’est constituée pour généraliser l’usage du format Open dthX. Thierry Lehnebach, administrateur de l’association et Didier Balaguer, PDG fondateur de DatBIM nous explique, à l’unisson, le concept en 5 points.

1-Le constat

« La maquette numérique est une collection d’objets. Le BIM devrait reposer sur le même principe que l’ingénierie systeme, c’est-à-dire qu’un bâtiment n’est pas tout à fait défini dès les premiers coups de crayons de l’architecte. Le bâtiment se construit au fur et à mesure de l’avancement du projet. L’idée d’Alliance du bâtiment est donc d’avoir une donnée d’entrée homogénéisée dans la maquette BIM et que chaque acteur puisse maîtriser le même langage pour apporter sa contribution.»

2-Formats IFC ou Open dthX, quèsaco ?

« De façon imagée, le format Open dthX, c’est la grammaire. Elle définit l’ordre des mots pour donner du sens aux phrases. Mais pour que cela fonctionne, il faut aussi du vocabulaire, on parle ici de la norme PPBIM qui définit la méthode de gestion des dictionnaires de propriétés. L’IFC décrit le bâtiment alors que l’Open dthX structurent les données décrivant les objets et collections d’objets, servant à la construction du bâtiment. Il n’y a donc aucune concurrence entre ces deux notions. Nous avons besoin des deux pour concevoir, réaliser et exploiter le bâtiment. Des travaux de normalisation ont été initiés en France en 2012 et une première norme XP P07 150 a été publiée (devenue NF EN ISO 23386 en mars 2020) afin que, quelle que soit la définition des mots, on puisse construire des phrases. »

3-Objectif : BIM facile

« C’est l’inverse de ce qu’il se passe aujourd’hui. La manière dont est proposée le BIM aujourd’hui est quasiment impossible à comprendre et à utiliser pour les TPE. La démarche d’Alliance Bâtiment est de démocratiser le langage open dthX afin que le BIM soit accessible à tous les acteurs. Actuellement, les gros éditeurs de CAO ont une communication très volontaire pour dire que ce type de solution n’est pas sérieux, mais à terme, cela va marginaliser les petites entreprises. Nous voulons l’universalité du langage. Nous visons d’ici deux ans que l’open dthX fasse partie des composants naturels du BIM et s’impose. »

4-Qu’est-ce que la logique « bottom to top » prônée par l’association ?

« C’est de permettre une meilleure coopération entre tous les acteurs au service d’un bâtiment qui serait construit de manière plus efficace, dans une logique environnementale. Il faut mobiliser toute l’intelligence et permettre à chacun de maîtriser son destin numérique, tout en diminuant les gaz à effet de serre par exemple. La filière, archaïque, doit être réorganisée autour du bâtiment résilient et vertueux. Faciliter l’échange entre tous les acteurs via l’Open dhtX permettra de faire des économies de temps et d’argent ! Créer un langage commun permettrait de mieux organiser le fonctionnement en accompagnant les petites entreprises afin que l’interopérabilité entre les logiciels devienne un commun numérique. Il ne faut pas qu’elles soient dépossédées de leur métier. »

5-Le mot de la fin

« Si on avait attendu la normalisation pour avoir Internet, on y serait encore ! Le logiciel HTML est devenu la norme de fait. A partir du moment où il y a des usages, la normalisation est obligée de suivre. C’est en raison de ce constat que l’association s’adresse aux utilisateurs. »

 

 

 

AD

Journaliste